lundi 27 février 2017

2017_02_27 COMINES-WARNETON : Ce lundi, un vol à la ruse de 100.000€!, ces derniers jours, les faits de vol à la ruse ou avec effraction se sont multipliés dans l’entité. La police demande la plus grande vigilance. Marie-France PHILIPPO du journal l’Avenir.

Ce lundi, vers 8 h 45, un vol à la ruse a été commis à Comines, précise Marie Vandenbroucke, directrice administrative de la zone. «Un homme s’est présenté comme employé de la compagnie des eaux et, en demandant à la victime de vérifier que l’eau coule, il en aurait profité pour dérober quelques bibelots et objets sans valeur. Deux autres individus sont alors arrivés se disant policiers de Comines en poursuite de cet individu. Un des deux a simulé la course du voleur et est revenu avec les affaires volées. L’autre en a profité pour vérifier en compagnie de la victime si rien n’avait été dérobé dans son coffre.»
Ils ont ensuite détourné son attention en lui demandant d’apporter un chiffon mouillé et du sel, prétextant que cela permet de mieux voir les empreintes. C’est alors que le coffre a été vidé pour un montant estimé à 100 000€! Les voleurs n’ont pas été retrouvés.
Rappelons que mercredi dernier, vers 22 h, chaussée de Wervicq, une dame de 82 ans a eu la visite de quatre hommes cagoulés et armés. Ils ont sonné à la porte avant de la molester. Ils sont repartis avec de l’argent et des bijoux. Elle n’a appelé les services de police que vendredi, par peur des représailles.
D’autres tentatives ont été signalées rue de Messines, rue Fosse aux Chats et rue du Romarin. Deux vols avec effraction ont eu lieu Bas Chemin (tablette et PC portables) et rue d’Hollebeke à Houthem (argent liquide). Dans un cas, la plaque d’immatriculation a été relevée.
Et de rappeler quelques conseils: ne pas laisser paraître sur la sonnette que l’on vit seul, mentionner uniquement le nom de famille, faire installer un premier obstacle genre chaînette, se méfier des colporteurs, exiger la carte de service et, au moindre doute, téléphoner à la police.
Deux conseillers en techno-prévention vols, les inspecteurs Bruno Gathem et Baudouin Ugille, sont à disposition de la population pour donner des conseils afin de dissuader les voleurs.
Dès qu’un fait douteux est repéré, n’hésitez jamais à composer le 101 ou le 056 55 00 55 (heures de bureau).-

samedi 25 février 2017

2017_02_25 LE BIZET/PLOEGSTEERT : Ce jeudi, au bowling Tennessee, l’action commerciale s’est terminée par son point d’orgue : la remise de 5 000 € à un couple de Bizétois; ce qui a fait bien plaisir au comité.La douzième action commerciale a fait le bonheur d’une sympathique famille Bizétoise. Les 5 000 € pour Aurélie Dupon et sa famille. Marie-France PHILIPPO.

Rappelons que cette pour cette douzième édition, 67 commerçants se sont réunis pour distribuer 406 000 tickets.  L’un d’entre eux, le 101 122 était le grand gagnant.  Mais personne n’est venu réclamer son lot.  Par contre, le premier numéro de réserve, le 297 116, avait été conservé en lieu sûr.
« Le 25 janvier, mon père, Joseph, m’a signalé que le numéro gagnant n’était toujours pas sorti et que celui de réserve a été délivré par  « Le carreau bleu », une boucherie à laquelle notre famille est fidèle, explique Aurélie Dupon.  Je me suis alors inquiétée de mes tickets et nous avions le bon ! Il a encore fallu attendre jusqu’au 12 février, jour où le numéro de réserve devenait le numéro gagnant. »
Ces 5 000 € en bons d’achat sont évidemment bien venus pour cette famille avec trois enfants : « Nous avons jusqu’au 30 septembre pour dépenser nos bons d’achat.  Ce sont des économies au quotidien pour un petit temps.  Boucherie, boulangerie, fleuriste, restaurant, meubles, etc.  Il y a de quoi se faire plaisir », explique celle qui est infirmière.
« Nous ferons aussi un voyage avec les enfants, mais pas trop loin, poursuit son mari, Fabrice Clemme.  On ne va pas tout dépenser sur quelques jours. »
Xavier Demyttenare et son épouse, qui exploitent « Le Carreau belu » sont évidemment ravis : « Cela fait vraiment plaisir de voir que le gros lot est octroyé à une famille qui nous est fidèle.  Les parents étaient déjà clients chez mes parents », précise Xavier. 
Quant aux autres lots (400 €, 300 €, 200 € et 100 €), ils n’ont pas trouvé acquéreur ni pour le numéro gagnant ni pour le réserve.   Plusieurs avaient été distribués par des commerces qui attirent une clientèle essentiellement française.


2017_02_25 COMINES-WARNETON : Quelle perspective pour l’agriculture familiale ? Grand messe annuelle du monde agricole, la réunion des vœux a permis à Jean Castrique de dire au revoir aux siens, mais certainement pas adieu. Marie-France PHILIPPO qui m’a permis de rendre hommage à Jeannot.

Le 27 janvier, la section locale de la FWA a présenté ses vœux aux agriculteurs de l’entité.  Les réjouissances se sont déroulées dans la salle de réception de Bernard et Josiane Devroede à « La Howarderie », au Bizet. 
Le public était plus nombreux qu’à l’habitude (119 personnes étaient inscrites), en remerciement de l’important travail accompli par Jean Castrique en tant que secrétaire de la section locale.  Pour l’occasion, Joseph Ponthier, le président de la FWA et Yvan Hayez, secrétaire de la FWA, avaient fait le déplacement jusqu’au far west de la Wallonie.
Une fois l’apéro servi, José Ryckebosch, président de la locale et élu communal, a fait le bilan 2016, tout en présentant les perspectives 2017.  Il est revenu sur les inondations de fin mai et les pluies incessantes de juin.  Pas moins de 85 dossiers de dégâts agricoles ont été introduits en vue d’indemnités.
Il s’est aussi inquiété de l’amalgame fait entre agriculture familiale et industrielle.  « Une polémique est née suite à l’introduction simultanée de trois projets porcins et d’un projet avicole.  S’en est suivie une pétition qui ne faisait pas de différence entre les projets, condamnant ainsi un projet de type familial.  En disant vouloir protéger l’agriculture familiale, l’effet inverse s’est produit.  Les agriculteurs ont perçu cette pétition comme un affront, une forme de marginalisation de leur profession.  Or, nous, agriculteurs, essayons d’être conformes aux exigences et aux normes européennes en matière de traçabilité, qualité et bien-être animal. »  Sa conclusion : « Dans un monde qui bouge à un rythme effréné, il est impératif que nos fermes puissent continuer à se développer.  Je refuse d’accepter toutes sortes de frein sur nos exploitations familiales et souhaite une approche au cas par cas. »
La bourgmestre ff Marie-Eve Desbuquoit a détaillé les mesures prises pour éviter les inondations : le service technique s’est doté d’une cureuse-profileuse de fossé ; suivra un taille-haie professionnel.
« Lors d’une réunion qui se tiendra le 2 février, les agencements futurs proposés par Ipalle seront présentés.  Nous serons attentifs à ne pas empiéter de manière démesurée sur les terres agricoles. »
Durant 54 ans, de sa voix de stentor, il a incarné le syndicat agricole dans l’entité et ailleurs. 
Jeannot : plus d’un demi-siècle de défense des agriculteurs
Ce vendredi, avec beaucoup d’émotion, Jean Castrique (78 ans), alias Jeannot, a passé le flambeau de secrétaire FWA à Benjamin Lemoine (26 ans). 
En 1963, Comines intégrait la Wallonie.  « Il y avait une taxe sur les bandages des véhicules agricoles dans le Hainaut. Une taxe illégale ! Comme agriculteur, avec quelques autres, nous sommes allés manifester à Mons.  Et j’ai été arrêté pour avoir soi-disant jeté un pavé sur les forces de l’ordre à au moins 100 mètres.  Je n’ai jamais été champion de Belgique de lancement de poids ! J’ai été emprisonné deux jours et demi et, pendant ce temps-là, les amis ont récolté les petits pois dans notre ferme.  Quel exemple de solidarité ! »
Il découvre alors les UPA qui mettent gracieusement à sa disposition un avocat. Finalement, il est condamné à deux mois de prison avec sursis.
« En 1973, à la fameuse manifestation de Bruxelles, j’étais à quelques mètres de l’agriculteur tué par une bombe lacrymogène en pleine tête.  Avec plusieurs amis fermiers, nous sommes allés à son enterrement. »
Malgré 50 années de défense de l’agriculture familiale, le constat est amer ! « Nous sommes passés d’environ 300 à 70 agriculteurs et ce n’est pas fini.  La politique agricole européenne favorisant l’industrialisation de l’agriculture va appauvrir de plus en plus l’entreprise familiale.  Il n’y a qu’à constater ce qui se passe avec la production laitière.  Les fermes à 1000 vaches pourraient tuer les fermes moyennes dans un avenir proche. »
Mais l’homme reste combatif : « Il faut résister, se battre et espérer qu’enfin les autorités européennes acceptent les propositions de notre organisation agricole pour le maintien d’un maximum d’exploitations agricoles et, de ce fait, la vie dans les communes rurales. »
Ces derniers mots ont été pour son épouse Ginette, « qui a supporté mes absences et fait mon travail pendant ce temps-là. »  Toute l’assemblée s’est levée pour l’applaudir longuement.
Le secrétaire de la section locale est désormais Benjamin Lemoine, petit-fils d’agriculteur et agent bancaire. 
Anthony Debailleul a été chaleureusement applaudi à la fin de son discours.
Une page Facebook : « Sauvons le secteur bovin »
Le président des jeunes agriculteurs, le Ploegsteertois Anthony Debailleul (22 ans), a pris la parole pour dénoncer « l’acharnement sans précédent dont est victime le monde agricole.  Nous sommes responsables de la pollution de l’eau, de l’air, de la malbouffe, des maladies, etc.  C’est tout juste si on ne nous met pas le terrorisme sur le dos ! Résultat : le fossé entre le monde agricole et le grand public ne fait que s’agrandir.  »
Celui qui sera dans quelques mois diplômé ingénieur en construction, aidé par des membres du comité FJA, a souhaité mener des actions concrètes : « Nous avons fait réaliser des panneaux de soutien au secteur bovin et avons créé une page Facebook pour rétablir la vérité. »
La page « Sauvons le secteur bovin » est alimentée régulièrement.  « Plus il y a aura d’amis, de « j’aime » et de réflexions, plus il y aura une prise de conscience des réels enjeux de l’agriculture. »

mercredi 15 février 2017

PLOEGSTEERT : Samedi, au restaurant « A l’Auberge », Roland Allemeersch et Brigitte Beernaert ont célébré leurs noces d’or. Merci à Marie-France Philippo.

 Roland est originaire de Ploegsteert, du chemin du Hem plus précisément, où il est né le 28 mars 1945.  De 18 à 57 ans, il a exercé la profession de facteur, sillonnant Ploegsteert sur son vélo, toujours de bonne humeur, avec un mot gentil pour chacun.
Son épouse est née à Warneton, le 4 novembre 1945.  Après avoir débuté par quelques années en filature, elle a travaillé 30 ans au home « Le Sacré Cœur », à proximité de leur domicile de la rue de Ploegsteert.
Ils se sont rencontrés une première fois sur les auto-tamponneuses, lors de la ducasse du Bizet.  « Par hasard, un an après, on s’est revu au cinéma, à Comines France, explique Roland.  Je me souviens très bien que c’était un film avec Elvis Presley, mais je n’ai pas beaucoup regardé les images…  »
La suite : un mariage à Warneton, le 11 février 1967.  Christine, leur fille unique, naît l’année suivante.  Elle leur a donné un petit-fils, Kevin.  Hasard étonnant, leur beau-fils, Guido Clinckemaillie, est né le jour même de leur mariage ! En ce samedi 11 février, 50 ans jour pour l’événement, Guido en a profité pour fêter son demi-siècle d’existence.
Tous deux ont toujours été passionnés par le cyclisme, entraînés par les succès de Frank Vandenbroucke, qu’ils ont eu pour voisin.  Et lorsque l’on croise Brigitte, l’appareil photo n’est jamais loin…
Tout en les félicitant, nous leur souhaitons de continuer longtemps encore, main dans la main, sur le chemin de la vie.   

samedi 28 janvier 2017

2017_01_28 COMINES-WARNETON : 160 participants par semaine, avant de passer aux résultats, voici quelques chiffres qui montrent la bonne santé de ce jeu. Le nombre de participants ayant joué au moins une fois l’an passé est de 281. Edouard DEBELDER du journal l’Avenir.

Parmi lesquels 74 ont été fidèles toute l’année (11 participations mensuelles avec une édition fusionnée pour juillet-août), soit 26% de plus qu’en 2015. La moyenne mensuelle des participants est de 160 avec un maximum en mars (195) et un minimum en juin (129).
Chaque mois, il y a deux lauréats avec un prix de 20€ et un dictionnaire et le deuxième un bon de 10€ chez un libraire de l’entité. En janvier: Daniel Plets et Paulette Breine; en févier: Michel Hernaert et Daniel Belpaire; en mars: Ghyselle Odaert et Christiane Tankrey; en avril: Paulette Breine et Anny Penet; en mai: Aline Deboo et Jean-Pierre Verfaillie; en juin: Pierre Dutat et Jacques Lemaire; en juillet-août: Cécile Leclercq et Réjane Verlinde; en septembre: Marie-Jeanne Dupon et Claudine Pourcelle; en octobre: Roger Villez et Pierre Pannecouque; en novembre: Willy Lesthaeghe et Monique Decroix; en décembre: Andries Ghesquière et Lucienne Lecointere.
Pour l’ensemble de l’année 2016, le trio gagnant est Claudine Pourcelle de Ploegsteert (40€ et un dico), Rolande Berghe de Warneton (20€) et Simone Chaerle de Warneton (10€). Une bien belle initiative avec un beau palmarès! De quoi inciter les néosexagénaires de se mettre à cogiter dès l’édition de février.
Claudine POURCELLE.

2017_01_28 COMINES-WARNETON : Fidèlainés, le jeu qui vous (ré)unit, la dernière page du mensuel communal est réservée au jeu: Fidèlainés. En associant des parties de proverbes ou d’expressions françaises, le participant doit retrouver une phrase-mystère. Edouard DEBELDER du journal l’Avenir.

Pour départager les ex æquo, la question récurrente du tonnage de marchandises passant à l’écluse de Bas-Warneton est posée.
«Ce jeu fait travailler les méninges» précise Serge Titeca, président de la Commission consultative communale des aînés. Deux conditions pour participer: avoir plus de 60 ans et habiter l’entité cominoise.
Les deux vainqueurs de chaque mois et les lauréats du prix de la fidélité pour l’ensemble de l’année 2016 ont été invités à se retrouver à l’Hôtel de Ville. C’est ainsi qu’une cinquantaine de participants a marqué d’une manière conviviale, tout en prenant un café gourmand, la fin de la saison précédente.
Freddy Baelen, échevin du 3e âge, a remercié au nom de la commune Jean Milleville pour la création et son implication bénévole dans ce jeu-concours. Avant de passer à la remise des prix, Jean Milleville a adressé quelques mots: «C’est précisément ce jeu qui nous réunit aujourd’hui. Je vous remercie d’avoir répondu si nombreux à notre invitation. Vous prouvez par là qu’être sénior, c’est mettre de la super dans son cœur, c’est trouver son plaisir où il est, dans le Fidelainés par exemple. Et souvent, loin de vous isoler, vous cherchez le contact pour découvrir la phrase-mystère. Et vous avez mille fois raison: face à une difficulté, faites-vous aider. Un voisin, un ami, un proche, un enfant ou un petit-enfant, tous peuvent être un précieux recours. Car c’est en donnant de la joie qu’on en reçoit le plus. Je souhaite enfin à chacun de vous de garder le même intérêt pour notre jeu-concours qui n’a d’autre ambition que de vous instruire en vous amusant»
Bravo à l’ensemble des lauréats 2016!

vendredi 27 janvier 2017

2017_01_27 Comines : WEEK-END CREPES pour Télévie samedi 28 et dimanche 29 janvier. Voir l'affiche pour les infos.


2017_01_27 PLOEGSTEERT : Dimanche 26 février " POULET FRITES " à partir de 11 heures 30 Salle des Sports rue de Messines,organisé par Les Gars de la Lys.


2017_01_27 BIZET FRANCE :Samedi 11 février super loto organisé par le Centre d'Entraide et d'Animation du quartier de Bizet. Voir l'affiche pour plus d'info.


2017_01_26 COMINES : Les vœux pour 2017: Carpe Diem! La Maison de jeunes Carpe Diem a présenté ses vœux annuels dans son local de la rue de Wervicq. L’occasion de revenir sur le riche bilan de l’année écoulée fait de voyages (Sénégal, Londres, etc.) Journal l’Avenir

, d’ateliers (street art, musiques, cirque ou chant) et d’activités diverses.
L’année 2017 s’annonce du même acabit. Divers concerts sont prévus («J’veux de la neige» le 27 janvier et «J’veux du soleil», fin juin), de même que des voyages (l’Arménie, au mois de juillet, dans le cadre d’un chantier international de réfection d’une école) ou des activités, entre autres, sur le recyclage.
Le mot de la fin de la responsable, Émilie Vandenbroucke: «Contribuons tous à devenir de vrais CRACS ou citoyens responsables actifs, critiques et solidaires.»
Les animateurs ont reçu le soutien de nombreux sympathisants.

2017_01_26 COMINES : Année noire pour les pêcheurs, 2016 ne restera pas dans les souvenirs des Marins cominois: le vent les a laissés sur le quai. En espérant une année 2017 moins chahutée. Marie-France PHILIPPO du journal l’Avenir.

Au café de la douane, «Les Marins Cominois» ont remis prix et trophées pour la saison 2016.
Après une année 2015 catastrophique, des suites des conditions météorologiques, l’année 2016 ne s’est pas révélée bien meilleure, selon le président Jacques Lecam: «Sur les dix-neuf sorties prévues, seules cinq ont été réalisées en Mer du Nord. Très souvent, le vent a empêché nos sorties, quand ce n’est pas la pluie. Dès qu’il y a Force 5, les bateaux ne sortent pas. Est-ce dû au réchauffement climatique?»
Chaque année, en mai, le club organise un voyage de pêche à l’étranger: «Cela n’a pas été le cas cette année, mais nous envisageons d’aller pêcher en No
rvège, en mai 2017.»
Le palmarès :
1.       Carlos Ferreira; 2. Olivier Pieters; 3. Bernard Six; 4. Thierry Lambert; 5. Robert Pycke; 6. Jean-Paul Weens; 7. Jacques Lecam; 8. Jean-Jacques Six et 9. Willy Delvoye. Non-classés: Guy Lozinguez et Dirk Vanbeselaere.
Il s’agissait déjà de la dix-septième remise de trophée annuelle d’un club fondé par le regretté Jean-Luc Bart.

2017_01_26 COMINES : Des Frères maristes à Saint-Henri «Suite à l’appel à candidature pour le poste de directeur dans l’enseignement secondaire à Saint-Henri Comines et Le Bizet, le conseil d’administration du pouvoir organisateur de l’institut Saint-Henri a désigné Madame Sylvie Demeerseman pour succéder à Monsieur Jean-Jacques Pieters à partir du 1er septembre 2017.»Edouard DEBELDER du journal l’Avenir.

Tel est le communiqué diffusé auprès du personnel en ce début de semaine par Jean-Jacques Pieters, administrateur-délégué du pouvoir organisateur.
Brossons un rapide portrait de celle qui sera la première directrice d’une institution cominoise qui chemine vers ses 80 ans (l’école, pas la dame!). Sylvie Demeerseman est originaire de Comines et habite Bas-Warneton. Après des études secondaires en section latine à l’Institut Saint-Henri de Comines, elle a pris le cap de Louvain-la-Neuve pour décrocher une licence et une agrégation en philologie romane.
C’est ainsi qu’elle a enseigné le français et l’histoire essentiellement au collège technique Saint-Joseph (actuel collège de la Lys) de Comines. En plus de son implication syndicale et de sa formation pour devenir directrice, Sylvie Demeerseman a aussi enseigné l’italien en promotion sociale Saint-Henri.
Depuis septembre 2012, le professeur de français (née en 1967) est devenue directrice de l’Institut des frères maristes à Mouscron où elle a remplacé un autre Cominois André Priem.
Pour son retour dans l’école cominoise de sa jeunesse, à la rentrée 2017, elle va partager son poste directorial avec Gaël Ooghe devenu sous-directeur remplaçant depuis que Didier Lecomte a été admis pour une retraite bien méritée.
Sylvie Demeerseman revient à l’école cominoise de sa jeunesse.


jeudi 26 janvier 2017