mardi 4 août 2015

2015_08_04 Un festival toujours aussi éclectique, ce prochain week-end, le festival de Dranouter va retrouver l’endroit de ses premières éditions, le centre du village. Plus de 60 000 spectateurs sont attendus. Source Edouard Debelder du journal l’Avenir.

À quelques encablures de Comines, ce prochain week-end des 8, 9 et 10 août aura lieu le festival de Dranouter qui va se réinstaller sur le lieu de ses débuts, à savoir au centre même du village.
Des endroits inattendus seront envahis de festivaliers comme une prairie près de l’école communale, la salle communale des fêtes «De Klakeye» et l’église. Le «muziekcentrum» qui comprend un agréable musée du Folk sera le siège du secrétariat et du point info.
Les programmateurs proposent une grande diversité de concerts pour ce festival des nouvelles traditions avec notamment une part belle au folk qui était à l’origine de cet événement musical.
Quelques têtes d’affiche : Le vendredi soir sur la scène principale, vous pourrez applaudir successivement: le popfolkrock anglais de «The magic numbers», l’inaltérable chanteur flamand Bart Peeters, l’Israélien à la voix particulière Asaf Avidan (titre mondial en 2013 «One day»).
Le samedi, vous retrouverez les Flandriens de «Triggerfinger» et de «Intergalactic Lovers» pour terminer par le folk anglais des surprenants «Red Hot Chilli Pipers».
La session dominicale sera très festive avec le sextet américain country & western «Calexico», les Californiens «Flogging Molly» avec leur mélange de folk irlandais et de punkrock, suivi du groupe anglais légendaire «The Waterboys». Sans oublier près d’une centaine d’autres concerts, animations de rue et spectacles pour enfants.
Le festival est aussi bien connu pour son accueil des familles, pour ses différents campings, sa touche écologique.

2015_08_04 A propos des plaques d’immatriculations spéciales, chacun sait que certaines personnes circulent en voiture avec une plaque d’immatriculation débutant par « P », Ce qui signifie que le véhicule appartient à un parlementaire. Comme Mme Chantal Bertouille par exemple.

Quant aux diplomates, la combinaison de lettres débute par « CD ». Il y a également des personnes qui lors de l’achat d’un nouveau véhicule, font une demande afin de recevoir une plaque d’immatriculation dite spéciale. Par exemple, débutant par CDH, PTB, LOL etc. Mais savez-vous que la direction Circulation routière réclame 1.000 euros + 30 euros de rétribution ? A noter, qu’il y a aussi des petits veinards qui sans rien demander de spécial, reçoivent une plaque minéralogique avec des lettres… inespérés. Comme par exemple cette Audi, dont le conducteur  ne risque pas, du moins pas autant que les autres, de se faire arrêter pour un contrôle d’alcoolémie.
Walter Vandenberghe  

2015_08_04 COMINES : Un vaste parking remplacera bientôt la prairie où broutaient les vaches de la chaussée de Wervicq , depuis fin septembre 2013, les travaux de réaménagements se poursuivent lentement mais surement à l’ancienne ferme d’Edouard Vandenbulcke décédé en juin 2008.

Actuellement, les principaux travaux agencés par son petit-fils concernant les bâtiments dont la salle de réception pouvant contenir une centaine de personnes ainsi que la terrasse, semblent se parachever. Comme ont peut le constater sur les photos, l’on procède dorénavant aux terrassements de ce qui était il y a quelques décennies encore, était la prairie de la ferme où broutaient les vaches.
Walter Vandenberghe  http://waltervandenberghe.blog4ever.com/photos

2015_08_04 COMINES : 35 plants de cannabis découverts à Comines, et des millions d’autres à Wervik Il y a quelques années, le tribunal condamnait deux Cominois pour avoir écoulé du cannabis.

 Dernièrement encore à Comines, la police a fait main basse sur une plantation d’une trentaine de plants interdits cultivés dans un jardin de la Cité Geuten. Rappelez-vous, il y a quelques années, un horticulteur Dirk Talpe dont son exploitation est située Kruisekestraat à Wervik, en cultivait des millions de plants de cannabis sur une parcelle de plus de 3,5 hectares, mais ceci, en toute légalité. Selon le producteur,  c’étaient des plants de chanvre de type cannabis Sativa qui n’étaient en aucune façon, destinés à produire de la drogue,  mais pour un tout autre usage. « Je sais qu’il y a des petits malins qui vont venir voler des plants durant la nuit pour en faire des joints » nous disait Dirk Talpe en mai 2011, « Mais le seul inconvénient en sera qu’ils auront de fortes migraines. Il faudra bien entendu tenir ça à l’œil, mais ils n’arriveront jamais à tout prendre »... 

lundi 3 août 2015

2015_07_31 LE GHEER les anniversaires du mois de juillet 2015 à l'Orée du Bois, en musique et en chansons du bon vieux temps et avec une coupe et du gâteau. Merci aux animatrices.


2015_08_03 La trêve de Noël reconstituée à Mini-Europe, pour saluer le centenaire de la Première Guerre mondiale, le parc bruxellois Mini-Europe a ajouté quelques miniatures aux 350 déjà présentes. Source Marie-France Philippo du journal l’Avenir.

Cinq cimetières militaires ont été sélectionnés sur un terrain de 10 m2 : Houthulst, Saint Charles de Potyze, Vladslo, Langemark et Saint-Symphorien et 540 tombes ont été confectionnées; ce qui a exigé 1 900 heures de travail.
Juste à côté, la trêve de Noël qui s’est déroulée à Warneton en décembre 1914 a été reconstituée de fort jolie façon. On y voit des Britanniques et des Allemands qui discutent, boivent ensemble ou jouent au football dans un champ de bataille dévasté.
La trêve de Noël: un moment d’humanité.

2015_08_03 Walter Scharlaeken chute, les Special Olympics Games se déroulent du 25 juillet au 2 août, à Los Angeles. Walter Scharlaeken (55 ans), usager du «Village», a été sélectionné pour représenter la Belgique en cyclisme. Source journal l’Avenir.

Via Gunther, le coach de la délégation belge, Marie-Eve Desbuquoit a eu des nouvelles: les trois premières courses se sont très bien déroulées: deux fois premier et une fois second. Malheureusement, il a été victime d’une chute et les Jeux sont terminés pour lui, puisque sa clavicule doit rester immobilisée. On l’imagine aisément, la déception est grande, mais il peut être fier d’avoir participé à des Jeux mondiaux et d’avoir porté les couleurs de la Belgique.
Walter, entouré de son coach Greg Vieren et de M.-E. Desbuquoit, ne réitérera pas ses exploits de 2011, à Athènes, mais il a foulé le sol américain!

2015_08_03 Dimanche après-midi, le groupe de reconstitution «We’ll Remember Pops» accompagné de quelques amis australiens a visité Plugstreet 14-18 expérience, en compagnie d’Anny Beauprez. Source Edouard Debelder du journal l’Avenir.

Un arrêt parmi d’autres dans le cadre d’une marche de charité pour l’association «JustGiving», qui soutient les soldats ayant des problèmes psychologiques dus à la guerre. L’action a commencé au Last Post d’Ypres, le vendredi soir. Elle s’est poursuivie le samedi par une marche entre Poperinge et Messines, avant une cérémonie du soir à Zonnebeke. Dimanche, ils ont parcouru les champs de bataille autour de Ploegsteert.
Le groupe de reconstitution «We’ll Remember Pops» accompagné de quelques amis australiens a visité Plugstreet 14-18.

dimanche 2 août 2015

2015_08_02 COMINES : Le dimanche après-midi 2 août, les époux Henri Van Ceulebroeck – Mireille Clauw ont été invités par les autorités communales. Ils se sont rencontrés au Tyrol. Pas en Autriche, mais celui de la Place Sainte-Anne à Comines Merci à Walter Vandenberghe.

 La première fois, c’était il y a un demi-siècle devant le mayeur Léon Leterme où ils ont dit « oui » en l’hôtel de ville de Bas-Warneton, et de cette union sont nés Bruno et Kathy.  Cette fois à Comines, c’était devant le bourgmestre Gilbert Deleu, afin de renouveler leur contrat de mariage établi le 11 juin 1965. Henri Van Ceulebroeck a vu le jour le 25 février 1940 à Emmerin (F) à quelques kilomètres de Lille. Après avoir quitté les bancs de l’école, et ses premiers emplois, il a travaillé en tant que chauffeur routier pour différèrent employeurs de la région, entre-autres, pour la firme « Transport Six » de Wervik. Autant dire, de bourlinguer ses camions dans toute l’Europe ; particulièrement en Suisse. Henri  a beaucoup œuvré en tant que chauffeur, et quoi de plus normal que de transmette sa passion et son savoir à son fils dont il a conseillé de créer sa propre société conjointement avec son épouse Sylvie-Anne « Transport Van Ceulebroek ». Quant à Mireille Clauw, ainée d’une famille nombreuse, elle a poussé ses premiers cris à Bas-Warneton. Après l’école communale, et avoir travaillé dans une filature en France, Mireille a été aide-ménagère à la ferme Mahieu. Elle  a également soigné sa maman, et maintenant encore, elle s’occupe de son frère Daniel. Ce n’est donc pas pour rien qu’on la surnomme : « la fée des logis ».  Henri et Mireille se sont rencontrés au café-dancing « Au Tyrol » situé Place Sainte-Anne à Comines. Henri venait chaque week-end à Comines avec sa vieille voiture qui faisait beaucoup de bruit pour venir danser au Tyrol. Ensuite, quant il venait rencontrer sa dulcinée le soir  à Bas-Warneton, tout le quartier était réveillé à cause des bruits comme un feu d’artifice. Domiciliés Rue de l’Ancienne Place à Bas-Warneton, depuis qu’ils sont en retraite, ils ont la passion des voyages. Régulièrement à Salou en Espagne, et parfois aussi, une bien belle croisière en mer. Mais avant tout, la joie d’aller dorloter leurs deux petits-enfants Jérémy et Maery chez leur fils Bruno.
 Voir plus de photos sur le blog de: http://waltervandenberghe.blog4ever.com/photos

2015_08_01 Warneton Le gheer au Home « La Clairière » le vendredi 31 juillet, l'on a fêté les anniversaires du mois en chansons, un gâteau et une coupe de champagne. Merci aux Animatrices pour leur aide.


samedi 1 août 2015

2015_08_01 La maison de repos « Le Sacré Cœur » a fêté les anniversaires du mois de mai et juin en chansons avec les Animatrices, les bénévoles de « Sourires pour Cheveux Blancs » et le V.A.C.R. Tout en dégustant un délicieux gâteau pour chaque résident. Merci aux Animatrices pour les photos et les infos.









COMINES : Ce samedi 1er août à 14h.17, Lucie Verhaeghe, 32 ans originaire d’Houthem, et Yves Gorin, 32 ans de Comines, ont répondu par oui je le veux ! à la question posée par le bourgmestre Gilbert Deleu. Unissant ainsi ce très sympathique couple par les liens du mariage. Les nouveaux époux sont domiciliés Sentier de la Place à Houthem. Merci à Walter.

Voir le blog de Walter sur : http://waltervandenberghe.blog4ever.com/photos
Nos vœux de bonheur à Lucie et Yves.

2015_08_01 COMINES : Il était 15h.23 le samedi 18 juillet, quand Hélène Knockaert, 39 ans de Ploegsteert et Marlena Sokolowska 28 ans, originaire de Pologne, ont répondu chacune par l’affirmative à la fameuse question posée par le bourgmestre de Comines-Warneton Gilbert Deleu. Et ceci, sous les applaudissements de toute l’assistance. Elles sont domiciliées Rue Sainte-Marie à Ploegsteert. Merci à Walter.

Nos vœux de bonheur à Hélène et Marlena.


2015_08_01 Daniel Baulan, 59 ans, vient de boucler un tour de Belgique à vélo-couché. Petite rencontre lors d’une pause chez nous. vient de l’Hostellerie de Flée (Maine et Loire) près d’Angers. Ce sportif, ex-compétiteur de cross et de cyclisme, s’est recyclé dans le cyclotourisme. Source Edouard Debelder du journal l’Avenir.

 Depuis trois ans, il ne circule plus qu’à bord de son vélo-couché à trois roues: «J’ai découvert ce type de vélo lors la fête de la Loire à vélo, précise Daniel, J’en ai testé un et j’ai été convaincu. C’est vraiment bien. Les avantages sont d’être très bien assis sans avoir mal au dos et au postérieur. Un des rares inconvénients est la montée des côtes. Et de manière étonnante, les automobilistes s’écartent lors d’un dépassement plus qu’avec un vélo normal».
Son épouse Nicole est aussi devenue adepte de ce «trois roues» (avec l’assistance d’un moteur électrique): «Malgré mes problèmes aux genoux, je parviens à allonger mes jambes. Mon poids est bien réparti dans le fauteuil. Je ne dois pas mettre pied à terre à l’arrêt». À noter toutefois que ce type de vélo coûte relativement cher neuf (plus de 2000€) et n’est disponible que chez des marchands spécialisés.
Un tour de 600 km, pour faire son tour de Belgique, Daniel s’est inscrit au «Dynamobile» qui est un périple d’une dizaine de jours de 600 km au total, effectué par plus de 150 cyclistes. Pour sa 20e édition, le parcours a été scindé en deux parties: côté flamand et côté wallon, avec une liaison en train.
Au départ de Bruxelles, les villes-étapes se succèdent Grammont, Courtrai, Dixmude, Bruges, Liège (deux jours), Ciney, Mettet, La Louvière. Daniel ajoute «C’est la deuxième fois que j’y participe. C’est très bien organisé dans une ambiance très agréable.»
Coups de cœur belges : Avec enthousiasme, notre cyclo français confie les points forts qui ont marqué sa balade: la vue sur la ville de Dinant depuis le pont Charlemagne, le plus haut de Belgique (interdit normalement aux cyclistes), les épouvantails-sorcières dans les jardins des maisons à Beselare (proche de Comines), l’accueil par les autorités communales à Courtrai et la Louvière, l’impressionnant plan incliné de Ronquières, le cimetière militaire allemand avec ses imposantes statues à Vladso (près de Dixmude), la visite du lac de Bambois près de Fosses-la-Ville, le plafond de l’église de Foy-Notre-Dame avec ses 145 panneaux peints, le cimetière français de Belle Motte (bataille d’août 1914), la chapelle et le lieu de pèlerinage de Borgloon dans le Limbourg.
Lors de ses journées cominoises, Daniel a découvert le Centre d’Interprétation Plugstreet: «C’est un très beau Centre de mémoire collective. Il ne faut pas oublier ce passage douloureux de l’histoire. Il faut le respecter».
À propos de son périple cycliste proprement dit, il conclut: «Ce qui est très agréable, ce sont les RAVELS. Par rapport à la France, la signalétique cycliste et les pistes cyclables en ville sont plus avancées. La Belgique est un beau pays à découvrir à vélo».

2015_08_01 Abattage des arbres pour le bassin, il y a plusieurs semaines ont débuté les travaux du bassin d’orage de la Douve, à l’initiative de la Province. Un projet datant de 1999 afin de limiter les inondations dans le centre de Warneton. Source Marie-France Philippo du journal l’Avenir.

Les retards ont été multiples, liés à de difficiles acquisitions de terrains, à des travaux de déminage, à des budgets serrés, etc.
La modification du tracé de la Douve a été effectuée en 2010. Il restait alors à s’attaquer au bassin d’orage de 40 000 m3 afin de réguler le débit en cas de crue. D’une grandeur de 3 ha 40, il est creusé à la confluence de la Douve et du ruisseau «La Tête de Flandre».
Les travaux ont débuté par l’abattage des arbres et la préparation du chantier par l’entreprise Cnockaert. Le budget des aménagements s’élève à 1 335 000€, répartis entre 30 000€ (études), 420 000€ (acquisition des terrains), 15 000€ (étude de risques – déminage) et 870 000€ (bassin et parc).
Le site a été préparé avant les congés. Le bassin d’orage sera creusé dès la reprise.


2015_08_01Une culture de cannabis de 35 plants a été découverte à Comines, dans la nuit de jeudi à vendredi. La police a fait la trouvaille par hasard sur un terrain qui jouxte le jardin d’une habitation de la rue du Progrès. Source Journal l'Avenir.

Selon le parquet de Tournai, la mise au jour de cette culture en plein air a été faite suite à une intervention des policiers pour tapage nocturne. Une bande de jeunes aurait en effet été signalée pour des agissements suspects dans la zone où se trouvaient les plants.
Une enquête a été ouverte. Des soupçons se portent sur un voisin de la parcelle connu de la Justice.

2015_08_01 Comines : Ducasse de la Cité GEUTEN 2015 du 7 au 9 août. Voir l'affiche pour les renseignements.


vendredi 31 juillet 2015

2015_07_31 Ploegsteert les activités de la ducasse 2015 du au 11 septembre. Soyez les bienvenues.









2015_07_31 Ploegsteert 14 août Place de la Rabecque 36 ème " BARBECUE GEANT "


2015_07_31 Toujours trop d’animaux dans les refuges, les refuges de la région accueillent tout au long de l’année les animaux délaissés par leurs maîtres. Et, pas de répit en période estivale, cela fait plus de 35 ans que Jean-Marie Cappon s’occupe au quotidien des animaux abandonnés ou soi-disant trouvés à la SPA de Comines. Source Marie-France Philippo du journal l’Avenir.

Au total, le refuge compte une trentaine d’enclos, lesquels, la plupart du temps, sont tous occupés par les chiens, sans compter les espaces dédiés à la cinquantaine de chats. «Les chiens et les chats qui sont dans le refuge arrivent de plusieurs manières: soit ce sont les maîtres eux-mêmes qui nous les amènent parce qu’ils ne réussissent plus à s’en occuper, soit ce sont des animaux qui nous sont apportés par des gens qui les ont trouvés ou que nous avons nous-mêmes récupérés.»
Abandonner un animal, un acte devenu presque anodin, Jean-Marie Cappon déplore que de plus en plus d’animaux soient déposés par les maîtres eux-mêmes, pour des bonnes… ou moins bonnes raisons. «Je me rends compte qu’aujourd’hui l’abandon d’un animal est devenu un acte presque anodin… regrette-t-il. On amène un chat ou un chien comme si on allait échanger un téléphone en panne… Pour certains, c’est en raison d’un divorce, d’un déménagement ou d’une allergie soudaine. D’autres personnes viennent déposer un chien ou un chat en signalant qu’elles l’ont trouvé errant, mais je me rends vite compte qu’il s’agit bien de leur animal…»
Situé à la frontière franco-belge, le refuge accueille de nombreux animaux français. «Les propriétaires préfèrent venir déposer leur animal dans un refuge belge même s’ils doivent s’acquitter du paiement de 10€ lors du dépôt, explique le responsable. Ils estiment que les refuges sont mieux tenus chez nous. Puis surtout les Français euthanasient plus rapidement, au bout de deux semaines. Dans notre refuge, nous évitons à tout prix les euthanasies; s’il y en a, c’est malheureusement pour des raisons de santé ou de danger…»
Des chats, en veux-tu, en voilà, à Comines, le nombre de chiens recueillis durant les mois d’été reste stable. «Ces dernières années, je remarque qu’il y a une diversification dans les animaux que nous recevons. Auparavant, la majorité des chiens abandonnés étaient des chiens de grande taille. Maintenant, nous avons de tout… Par exemple, nous recueillons régulièrement des Jack Russel car les propriétaires ne se rendent pas compte que c’est un chien nerveux qui a besoin de vivre à l’extérieur…»
Par contre, la période estivale coïncide avec l’époque des naissances des chatons, un fléau que doit gérer la SPA de Comines. « Nous recevons, en moyenne, plus de deux chats par jour… rappelle Jean-Marie Cappon. Même si, suite à l’obligation de les stériliser, nous avons ressenti une légère baisse du nombre, nous en sommes toujours submergés! À côté de la cinquantaine de chats au refuge, nous devons donc en placer une trentaine dans des familles d’accueil dans l’attente d’une adoption!»
Moins d’adoptions en été, les adoptions se font quant à elles un peu moins nombreuses durant les mois de vacances. «Les personnes ont aussi de plus en plus de critères restrictifs et établis avant leur visite au refuge. Ainsi, par exemple, un chat qui est très gentil mais pas forcément le plus beau a moins de chance d’être adopté et restera donc plus longtemps au refuge…» Si vous souhaitez recueillir un animal, vous pouvez vous rendre dans l’un des refuges de la région. Ils sont très nombreux à attendre!
En été, le refuge cominois doit faire face à une arrivée massive de chatons abandonnés.

2015_07_31 Portes ouvertes à la ferme laitière Clarebout, le lundi 20 juillet, il y avait la grande foule à la ferme Clarebout, chaussée d’Houthem à Comines. En cause: l’inauguration de la nouvelle salle de traite avec carrousel pour 28 vaches. Source Marie-France Philippo du journal l’Avenir.

Mariés en 2004, Frederik (39 ans) et Charlotte Clarebout-Dobbels ont repris en 2014 la deuxième partie de l’exploitation familiale. Ce qui les a incités à construire une nouvelle installation: «Pour traire 120 vaches, cela prendra 1h30 au lieu des 3 heures actuelles», explique Charlotte Dobbels, originaire de Meulebeke et mère de deux enfants.
Signalons également que les agriculteurs transforment une partie de leur lait en glace, beurre, yaourt, etc. et que la ferme possède un magasin.
L’infrastructure a poussé en un temps record: «En trois mois, le bâtiment était construit et le carrousel installé. Je pense qu’on n’aurait pas pu aller plus rapidement. Même si, auparavant, il y a tout un travail de préparation.»

2015_07_31 Dimanche 30 août, le Rotary Club de Comines-Warneton organise sa onzième randonnée de véhicules historiques (plus de vingt ans). Source journal l’Avenir.

Cette année, le parcours de 90 km sillonnera les routes cominoises et celles du Heuvelland. Après avoir marqué un premier arrêt sur le circuit de Speedway de Warneton, les participants pourront admirer des points de vue connus et moins connus sur le Kemmel, le Mont Rouge ou le Mont Noir. L’arrivée de la randonnée sera jugée au Bizet où des animations sont prévues: bar à champagne, bar à huîtres, repas champêtre et exposition des véhicules participants.
Les organisateurs espèrent faire aussi bien que les 120 voitures réunies l’année dernière.
Les bénéfices récoltés permettent au Rotary Club de Comines-Warneton de soutenir diverses actions: ONE, scouts, don au Népal, installation de fontaines à eau dans les établissements scolaires ou colis de Noël et prix pour les élèves méritants.  http://www.oldtimer-trip-comines.be

2015_07_31 Warneton « France » En juin 2013, la friche textile Scowarton, nichée sur un îlot de terre né des travaux de rectification de la Lys, était achetée par Franck et Hugues Dourdin, deux investisseurs de la métropole lilloise. Source Marie-France du journal l’Avenir.

Leur projet pour ces 6 000 m2 situés sur le sol français: créer le complexe «W’arty» pour Warneton et arty, car le site est destiné à accueillir une galerie dédiée au design et aux arts graphiques. Par la suite, une guinguette, une sorte de café-restaurant populaire où l’on danse, pourrait voir le jour en bord de Lys.
Prix d’achat: 1€ symbolique, avec engagement de dépolluer. Vu les usages antérieurs, la dépollution a pris bien plus de temps que prévu. À présent, on s’attelle à la rénovation des différents bâtiments.
Si toutes les autorisations sont obtenues, le site devrait accueillir ses premiers convives début 2016.
Début 2016, nouvelle vie pour Scowarton.

jeudi 30 juillet 2015

2015_07_29 Ploegsteert USPB : Photos du Stage de 17 à19 heures « 27 / 07 au 31 / 07 » de football au stade Vanuxeem pour les enfants de 5 à 12 ans +- 40 futurs champions. Merci à David pour les infos.

Voici  les  noms de ceux qui encadrent  le stage : Le coordinateur David Van Asche,  Jean Castrique « Jeannot » «  U6 / U7 , Alexandre Werquin  «U 8 », Frédérique Becker  « U 10 », Laurent Lallau « U 9 », Didier Broocque  « U 11 », Michaël  Février  « U 12 / U13 » et les aidants du Club, Gaétan Février, Gauthier Perrin.
Encore 2 périodes du 10 / 08 / au 14 août et du 24 au 28 / 08 août 2015, de 17 à 19 heures. Voir 50 photos de ce stage sur :  https://picasaweb.google.com/111331189600356736365/2015_07_292015_07_29PloegsteertUSPBPhotosDuStage2708Au3108DeFootballAuStad      


2015_07_30 Hier, en matinée, la Ploegsteertoise Cameron Vandenbroucke disputait les séries du 800 m du Festival olympique de la jeunesse européenne (EYOF) à Tbilissi, elle écartée de la finale. Source Marc FION du journal l’Avenir.

Trois séries étaient programmées avec accès à la finale pour les trois premières de chacune d’entre elle. Cameron avait joliment entamé l’épreuve en s’inscrivant immédiatement en seconde position. Après quatre cents mètres, la fille de Frank a cependant été bousculée par une adversaire et reléguée en avant-dernière position. Elle entama alors une jolie remontée mais ne put revenir qu’à la quatrième place finale derrière une Biélorusse, une Bulgare et une Suissesse.
Cameron a couvert la distance en 2’13’’39, n’échouant qu’à 35 centièmes de la troisième place qualificative et signant un chrono de moins d’une seconde supérieur à son meilleur temps.
La jeune pensionnaire de l’EAH était particulièrement déçue de sa prestation. Elle a abordé l’épreuve particulièrement stressée après trois nuits très difficiles.

mercredi 29 juillet 2015

2015_07_29 COMINES : Depuis de nombreuses années, via la drève de l’Institut Saint-Henri, chacun a la possibilité de venir déposer ses papiers-carton dans la benne destinée au recyclage, et en plus, c’est pour la bonne cause. Cette collecte consiste de tout ce qui est papiers et cartons, qui sera ensuite destinée afin d’être valorisée en fibres cellulosiques de recyclage. Cette nouvelle matière première sera ensuite convertie par les papetiers pour redevenir journaux, magazines, papier toilette, emballages cartons etc. Malheureusement, certaines personnes mal intentionnées en profitent durant la période de vacance, d’aller y déposer des plastiques, canettes et autres déchets, principalement du polystyrène expansé (Isomo). Merci à Walter.

Blog de Walter Vandenberghe 

2015_07_29 Comment faire pour échapper à ces harcèlements répétés relatifs à la vente de vins, de meubles, des systèmes d’alarmes etc . Merci à Walter.

 De sociétés sans scrupules et autres arnaqueurs dont le seul but est de vous soutirer de l’argent ? Ce sont bien souvent des appels provenant de l’étranger d’après leurs accents. Souvent, quand on décroche, personne ne répond, mais après quelques secondes, on entend « Goodbye », et le lendemain, ça recommence, même parfois durant la nuit. Concernant ce véritable fléau des temps modernes, Proximus propose le service « Refus d’appels anonymes », mais ce n’est pas gratuit et parait-il pas efficace. Il y a également le système via Internet « Ne m’appelez plus » (anciennement Liste Robinson) qui serait également tout aussi inefficace, car les intempestifs de télémarketing savent comment déjouer les systèmes les plus élaborés. Voir le blog de Walter sur :http://waltervandenberghe.blog4ever.com/photos
Marre de ces appels intempestifs de télémarketing

2015_07_29 Warneton " Home La Châtellenie" Fernande Noyelle a choisi des photos liées au secteur médical: «De 18 à 34 ans, j’ai travaillé comme aide-soignante à l’hôpital de Comines France ", au service de chirurgie. Source Marie-France Philippo du journal l’Avenir.

Ensuite, je me suis occupée de ma famille. C’était parfois stressant, mais j’aimais bien mon métier.
Cette Française d’origine s’est bien vite habituée à Warneton: «Je ne connaissais personne quand je suis rentrée en 2012, à la fin des travaux au home. Mais je me suis bien vite intégrée. J’aime bien les activités, les sorties et tout ce qui permet de ne pas s’ennuyer. Je trouve que l’on s’occupe bien de nous, qu’on est bien soigné.

2015_07_29 Warneton " Home La Châtellenie" Charles Kreus (79 ans) est entré au home avec son épouse malade, en 2009. Aujourd’hui veuf, cet ancien Ploegsteertois garde la forme, parmi dix femmes: «Je joue à Charly et les drôles de dames ". Source Marie-France du journal l’Avenir.

J’aime bien… Par principe, je ne regarde la télé que le soir. L’après-midi, je profite des animations.
Et il devient intarissable quand il s’agit de parler de ses innombrables métiers: «J’ai commencé à travailler à 14 ans dans les champs, puis avec la batteuse. Ensuite, j’ai pris les métiers que l’on me proposait. J’ai travaillé au domaine du Palingbeek où j’ai abattu des arbres et mis des pavés, j’ai été garde-chasse à Voormezele, j’ai œuvré dans une menuiserie, à la Jatte et à la Ville. C’était une autre époque où l’on aimait travailler et où l’on ne comptait pas ses heures.»

2015_07_29 Grâce à l’opération «Été solidaire», de belles rencontres se créent en maisons de repos. Un exemple avec les activités développées à Warneton La Châtellenie ". Source Marie-France Philippo du journal l’Avenir.

Début juillet, les trois maisons de repos du CPAS ont participé à l’opération «Été solidaire 2015, je suis partenaire». Cette initiative du Service public de Wallonie permet à des jeunes de 15 à 21 ans d’être utiles. L’objectif: développer le sens de la citoyenneté, promouvoir le sens de la solidarité et les liens intergénérationnels, améliorer l’image des jeunes et des personnes âgées et promouvoir la valeur du travail. Ces deux semaines sont rémunérées entre 400 et 520€, en fonction de l’âge.
Cette année, à Warneton, le thème choisi permettait d’aller à la découverte des anciens et des nouveaux métiers.
Durant les deux premières semaines de juillet, au home «La Châtellenie», les jeunes Océane Cortequisse et Rémi Wadin ont accompagné les résidents dans les activités.
Sophie Heughebaert, du service Animation, était chargée de les encadrer. En ce jeudi après-midi, onze résidents (dix femmes et un homme) étaient occupés à réaliser un livret-souvenir sur leur carrière professionnelle. Le home compte 40 pensionnaires, mais tous ne sont pas capables ou n’ont pas nécessaire envie d’y participer.
«Cette animation fait suite aux activités intergénérationnelles qui parlaient déjà des métiers d’autrefois, explique Sophie Heughebaert. Nous avons visité le musée rural de Steenwerck et fait plusieurs activités avec les enfants des écoles sur ce sujet. Ces derniers jours, avec les deux jeunes, nous avons évoqué des souvenirs, cherché des photos dans des magazines et sur internet, etc. Le courant est bien passé.»
Tout de suite à l’aise : Cominois, Rémi Wadin (16 ans) est élève en économie à Saint-Henri: «Ma sœur avait déjà participé à “ Été solidaire ”, qu’elle avait trouvé très agréable. J’ai donc demandé d’intégrer une maison de repos. C’est cool et j’apprécie le contact avec les résidents. On fait des activités variées et les journées passent rapidement.»
Venue de Le Bizet, Océane Cortequisse (15 ans) est élève en sciences à l’Athénée royal: «C’est mieux qu’à l’école! J’avais un peu d’appréhension quand j’ai fait ma demande pour les maisons de repos. Mais, dès les premières heures, j’étais à l’aise avec les résidents. Je vais demander pour revenir l’année prochaine.
En ce jeudi après-midi, on se croirait à l’école avec des tâches à réaliser sous les conseils avisés des enseignants. En ce jeudi après-midi, on se croirait à l’école avec des tâches à réaliser sous les conseils avisés des enseignants.


mardi 28 juillet 2015

2015_0728 À l’occasion de la ducasse, le club cyclotouriste «Les Amis de la Route de Bas-Warneton» a organisé son brevet annuel. Au choix, diverses distances: 15, 35, 65 ou 95 km. Résultat des courses: 525 participants. Source Marie-France Philippo du journal l'Avenir.

Un «score» qui réjouit le président Janvier De Winter: «Dès 7 h, les premiers cyclos attendent déjà à la porte de la cafétéria de la Jespo! Nous proposons des circuits originaux où les cyclos redécouvrent le Westhoek.
Nous sommes contents du nombre de participants, plus important que l’an dernier où ils n’étaient que 350, à cause de la pluie.
Cette année, nous n’organisons pas de voyage, mais certains de nos cyclos, se joignent au périple Comines-Saint-Jean-Pied-de-Port ».
Le club «Les Amis de la Route» compte 29 membres. Janvier De Winter: «Ce sont des fidèles. Ce qui compte, c’est la convivialité»

2015_07_28 Ils voient des Indiens partout, petite visite à la plaine de «Jeunesse et Santé» aux Aubiers-Castel où une centaine de cow-boys et d’Indiens se rentrent dans les plumes. Source Edouard Debelder du journal l’Avenir.

Une question qui turlupine les parents: «Que vont faire nos enfants pendant les vacances alors que nous travaillons?» Papy et mamy peuvent être une solution.
Stages et autres camps, peuvent aussi s’avérer d’une belle utilité….
Dans de nombreuses communes, des plaines sont organisées.
Parmi celles qui sont proposées à Comines, nous retrouvons, depuis des décennies, la plaine de «Jeunesse et Santé» au Castel-Aubiers organisée en lien avec la Mutualité chrétienne (voir nos éditions précédentes à propos des implantations mouscronnoises).
Tous à la mer pour conclure
Du 6 au 31 juillet, soit pendant quatre semaines, 140 enfants sont inscrits à ce rendez-vous estival. La moyenne journalière est proche de 100 enfants.
Pour se faire, un encadrement est assuré par 25 animateurs brevetés (en fonction des normes données par l’ONE).
Cette année, quatre stagiaires de la Promotion Sociale Saint-Henri (auxiliaires de la petite enfance) interviennent également.
Adeline Capart, responsable régionale de «Jeunesse et santé» précise: «Notre mouvement est composé de bénévoles. Nous formons nos animateurs par des sessions et des stages. Après deux ans, ils sont brevetés. Nous sommes toujours à la recherche d’animateurs. Même si les plaines fonctionnent de 9hà 17 h, les enfants sont pris en charge dès 7h30».
Le 31 juillet, pour clôturer cette session, une journée à la mer est prévue: les petits au Sea Life de Blankenberge et les plus grands à Explorado à Ostende.
Une petite visite à l’intention des autorités communales et de la presse était récemment organisée, l’occasion de découvrir divers ateliers (en fonction des âges) en l’occurrence sous le signe des Indiens et d’une histoire de plumes volées…